Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Partager

Le jeu vidéo fait son entrée à la bibliothèque

Il est désormais possible d’emprunter des jeux vidéo à la Bibliothèque Chauderon! Visite guidée de la salle de lecture transformée en espage de «gaming» lors de l'après-midi de lancement de cette collection pas tout à fait comme les autres.

12h52, samedi 27 janvier. Dans la salle de lecture transformée en espace de gaming, les derniers câbles sont tirés pour alimenter les huit stations de jeux éphémères. Thomas Viatte et quatre autres bénévoles de Gaming Federation s’affairent, alors que quelques ados s’installent déjà derrière les écrans. «Le but de cette animation est de présenter la grande variété des jeux que les usagers trouveront ici. Avec Célien Piquerez, bibliothécaire et acquéreur de la collection, nous avons extrait huit titres qui pourront être testés tout l’après-midi. On est à disposition pour répondre aux questions sur les jeux, mais aussi à celles, éventuelles, de parents inquiets!» Active dans la promotion de la culture du jeu vidéo, Gaming Federation l’est aussi dans la prévention. «Mais aujourd’hui on est surtout là pour promouvoir», poursuit Thomas Viatte qui se réjouit de cette acquisition: «Permettre à tous, et plus particulièrement aux jeunes générations qui la consomment en masse, d’accéder gratuitement à cette offre culturelle, c’est vraiment chouette».

En 2023, l’industrie vidéoludique a réuni plus de 3 milliards de joueurs et généré près de 190 milliards de dollars. Pour autant, depuis son apparition dans les années 1970, elle n’a jamais cessé d’opposer détracteurs dénonçant les risques pour la santé et la violence souvent véhiculée et défenseurs qui en promeuvent les bénéfices pour le développement des facultés cognitives. S’il divise encore, sa place à la bibliothèque ne fait aucun doute pour Célien Piquerez: «Le jeu vidéo est une œuvre culturelle au même titre qu’un livre ou un film. C’est aujourd’hui la première industrie culturelle. La demande est là. Cette collection répond pleinement aux missions d’accès à la culture des bibliothèques».

13h04. Tous les postes sont déjà occupés. Les animatrices et animateurs naviguent parmi les joueuses et joueurs et échangent avec celles et ceux qui attendent leur tour. Marouan et Oscar, 14 ans, sont arrivés les premiers et ont lancé une partie sur «FIFA 23». «J’en reviens pas! Pour tester des nouveaux jeux ou pour ceux qui n’ont pas les moyens d’en acheter, c’est une dinguerie!», lance Oscar. Plus loin, un duo s’affronte sur «Mario Kart». Ils ne se connaissent pas. Nicolas, la septantaine, n’a jamais tenu une manette. Un bénévole le guide alors qu’Elias, 22 ans, rompu et patient, propose même une nouvelle partie. Nicolas s’amuse de sa seconde défaite: «C’était épatant, mais je ne suis pas sûr de pouvoir jouer plus de 10 minutes! Je suis venu par curiosité, pour pas mourir idiot». Andrés, 15 ans, découvre les premiers niveaux d’«Hogwarts Legacy». Il se réjouit de l’offre, mais déplore l’absence d’une station de jeux permanente: «C’est dommage parce que les gens qui n’ont pas les moyens d’avoir des consoles à la maison pourraient jouer». Marylène Chevallay, chargée de médiation pour le Service des bibliothèques et archives de la Ville de Lausanne, partage ce regret: « Nous avons étudié cette possibilité, mais l’agencement de Chauderon ne le permet malheureusement pas.» Accompagné de ses fils de 10 et 7 ans, un papa s’enthousiasme: «C’est génial. Au fond, on n’a pas besoin de posséder l’objet. C’est l’occasion de consommer autrement». Et son aîné d’ajouter: «Il y a un grand choix de jeux et si on n’aime pas, on peut les ramener».

Au chapitre du choix d’ailleurs, selon quels critères cette collection s’est-elle élaborée? « Nous l’avons voulue la plus diverse possible: aventure, combat, jeu de rôle, simulation, sport stratégie, et satisfaisant un public expérimenté aussi bien que néophyte. Nous avons veillé à inclure des œuvres indépendantes autant que des plus grosses productions et à ne pas omettre les plus populaires comme les «Mario» ou «Zelda». Le tout disponible sur Nintendo Switch, PS4, PS5 et sur PC. Nous avons évité les jeux à l’obsolescence rapide et ceux comprenant trop de microtransactions. Il est cependant difficile, reconnaît Célien Piquerez, d’exclure intégralement ceux proposant des achats intégrés, tant la pratique est désormais répandue».

Toutes les détentrices et détenteurs d’une carte des Bibliothèques de la Ville de Lausanne peuvent emprunter simultanément trois jeux pour autant qu’ils soient adaptés à l’âge de l’usagère ou de l'usager, selon la norme européenne PEGI figurant sur tous les boîtiers. Et les plus petits? Qu’elles et ils se rassurent et se réjouissent. Une collection est en cours d’acquisition à la Bibliothèque Jeunesse et sera disponible à l’automne 2024. 

15h00. Du côté de la salle de lecture, l’animation bat son plein et une vingtaine de titres ont déjà été empruntés. Célien Piquerez, joueur passionné depuis son plus jeune âge, est satisfait et peut-être même un peu fier.

Muriel Jost

© Oliver Galitch
Célien Piquerez, bibliothécaire et acquéreur de la collection jeux vidéo

Les coups de cœur de Célien Piquerez, bibliothécaire

Célien Piquerez avoue sa préférence pour les jeux de rôle (RPG) et avoir un faible aussi pour les jeux de gestion et de réflexion. Parmi les jeux de la collection, il recommande:

  • «DRAGON AGE: INQUISITION» sur PS4 et PC: RPG. À Thédas, un monde fantastique frappé d’une malédiction. Le personnage principal part en quête de réponses. Un riche univers, un gameplay, une écriture et des dialogues de qualité.
  • «THE CURSE OF MONKEY ISLAND» sur PC: Excellent jeu d’aventure de type Point & Click sorti à la fin des années nonante et qui n’a pas pris une ride. Le pirate Guybrush Threepwood cherche un moyen de libérer sa fiancée, transformée en statue dorée après lui avoir offert une bague maudite.
  • «ELDEN RING» sur PS4 et PS5 et PC: Jeu d’action-RPG indépendant. Sans-éclat, un exilé de l'Entre-terre qui a perdu la grâce du Cercle, doit traverser le royaume pour trouver toutes les runes majeures, restaurer le Cercle et devenir le Seigneur d'Elden. Dans la veine de «Dark Souls» issu de la collaboration entre le créateur de jeux vidéo Hidetaka Miyazaki et l'écrivain George R. R. Martin. Excellent mais exigeant, pas adapté aux moins de 16 ans.
  • «BLASPHEMOUS» sur Nintendo Switch, PC, PS4: jeu de plateforme et d’action. Le Pénitent s'éveille. Le Royaume de Custodia, naguère haut-lieu de la foi, est désormais vicié à l'extrême. Le pénitent entame un long périple afin d'excommunier par l'épée des hordes de créatures. Jeu indépendant très sombre inspiré de la période de l’Inquisition. Très belle musique et superbe graphisme.

Les coups de cœur de Thomas Viatte, de Gaming Federation

Thomas Viatte apprécie surtout les jeux de simulation et de gestion, mais il aime aussi les jeux d’énigme, d’action et d’aventure. Parmi les jeux de la collection des Bibliothèques de la Ville de Lausanne, ses coups de cœur vont vers:

  • «GRIS» sur Nintendo Switch: jeu de plateforme, réflexion, énigme. Simplement magnifique et poétique. Un graphisme style "aquarelle". Bluffant!
  • «RED DEAD REDEMPTION 2» sur PS4: jeu action-aventure dans le Far West. Le jeu ultime pour incarner un cow-boy. Ultra complet, très long, une histoire captivante, un monde fourmillant de détails, un chef d'œuvre! (attention, violent PEGI 18)
  • «THE STANLEY PARABLE» sur PC: jeu hors catégorie. Un employé d'une compagnie mystère et une voix off nous narre notre périple. Tout l'intérêt du jeu est de suivre ou non cette voix off. Une claque d'ingéniosité de narration!
  • «GOROGOA» sur PC: jeu d'énigme autour de la BD et de la profondeur. Une histoire sans parole via des cases qu'il faut déplacer pour faire avancer le personnage de l'histoire. Tellement malin dans l'utilisation des codes de la BD, de la profondeur de champs. Des énigmes bien ficelées et des graphismes superbes!