Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Partager

Le beau voyage du livre à la bibliothèque

Quel circuit un livre suit-il dans les Bibliothèques de la Ville de Lausanne? Entre l’achat du livre et le moment où vous le tenez entre vos mains pour l’emprunter, quelle aventure! La plume du journaliste Lucas Vuilleumier et les dessins de l’artiste Louiza racontent avec humour et pédagogie les onze étapes de la vie d’un roman fictif avant que vous puissiez en profiter chez vous. Et font ainsi vivre les mille et une missions remplies par les bibliothécaires.

© Louiza

1- Choix du livre

«Amours et fiancés», c’est mon titre. Mon auteure? Mathilde Castella, jeune auteure suisse à succès qui m’a écrit d’une traite pendant ses vacances d’été. Je suis son prochain best-seller, j’en suis certain. Depuis quelques jours seulement, j’inonde déjà les librairies, où des lectrices et lecteurs avides se jettent sur les centaines de kilos d’exemplaires que représente mon premier tirage. Bientôt, me voilà à Lausanne. Car les bibliothèque aussi ont droit de me faire lire. Une responsable de collection, qui s’occupe du domaine des romans, m’a compté dans la volumétrie de livres possibles à acquérir pour le catalogue du réseau des bibliothèques de Lausanne. Sitôt commandé, me voici à Chauderon, où il était impensable qu’un best seller comme moi ne soit pas proposé aux lectrices et lecteurs. De toute façon, j’aurais été choisi, d’autant que les romans et la fiction, c’est ce qui se prête le plus, et donc ce que les bibliothèques achètent en majorité.

© Louiza

2- Commande du livre

Ma commande? Elle a été faite par les personnes du service des achats via le système de commande Electre. Sur ce site indispensable à l’activité des bibliothécaires, une foule de données afin de faire les meilleures recherches bibliographiques sont disponibles. J’ai ensuite été acheté, en plusieurs exemplaires étant donné mon évident succès, et au vu du nombre de lectrices et lecteurs qui vont choisir de m’emprunter. Pour ce faire, les Bibliothèques de la Ville de Lausanne m’ont commandé dans une librairie lausannoise, et pas forcément chez Payot, même si Payot est aussi un fournisseur. Les bibliothèques lausannoises sont aussi clientes de plus petites librairies, afin de faire fonctionner le réseau lausannois du livre. Nous sommes en pleine rentrée littéraire de septembre, alors les commandes sont grandes, à cette période de l’année. C’est normal, c’est là que les éditrices et éditeurs publient de nombreux romans, dans l’espoir notamment de recevoir un prix littéraire…

© Louiza

3- Livraison du livre

Alors… où arrivent donc les livres ainsi commandés au mois de septembre et durant toute l’année? A Chauderon, je vous le disais! Là, c’est vraiment la plaque tournante de tous les livres. Nous y arrivons dans des cartons et je ne fais pas exception. Le service des achats réceptionne donc les commandes, dont le nombre fluctue grandement tout au long de l’année. Mais attention, je ne suis pas encore prêt à faire l’objet d’un prêt. Il manque encore quelques étapes à passer…

© Louiza

4- Catalogage

Oui, car vient le moment du catalogage! Une fiche est établie à mon sujet. «Amour et fiancés», bien sûr, mon titre y figure. Mais ce qui intéresse les bibliothécaires, c’est surtout mon genre. Si je suis un roman, si je suis pour les adultes ou la jeunesse bien sûr, car ce qui est primordial, pour pouvoir me faire emprunter, c’est bien sûr de connaître mon public cible! Cette étape demande donc un examen scrupuleux de ces informations… En gros: bien vérifier que ces données essentielles concernant mon genre soient entrées dans la base de données. Car un livre, désormais, n’est plus relié par des fils invisibles à une petite fiche en carton! Bien sûr que non! Ce qui permet mon prêt rapide, c’est d’être relié informatiquement au système des bibliothèques, qui pourront ainsi me faire naviguer entre les différents sites du réseau au gré des commandes…

© Louiza

5 - Reliure

C’est l’heure de me faire relier. De me protéger, en somme, des mains pas toujours super douces de mes futurs lectrices et lecteurs! Au rez-de-chaussée de la Bibliothèque Chauderon, je suis donc amené dans l’atelier de reliure, où l’on va m’équiper. On va me pucer, comme un chien! Dès lors, quand je serai emprunté, grâce à ma puce RFID (radio-identification), il suffira seulement de me faire passer par une borne, comme un article dans une caisse rapide d’un supermarché, afin que l’on sache chez quel lecteur je vais passer quelques jours! Quelques-uns de mes exemplaires s’apprêtent donc à partir dans d’autres Bibliothèques de la Ville de Lausanne, comme la Bibliothèque Entre-Bois ou La Sallaz! Mais avant de partir pour ces courts voyages, il est encore essentiel de renforcer un peu ma souple couverture ou de me coller un peu plus solidement, et surtout préciser ma cote: c’est elle qui dit là où je vais à et à quel site j’appartiens.

© Louiza

6 - Exemplarisation

Mais je n’ai pas fini d’être bien rigide… Car à l’étape d’exemplarisation, on me plastifie! Et là, ça chatouille un peu. Mais grâce à des bibliothécaires habiles, je suis tout beau pour partir en transit, ou me retrouver directement sur les rayons de Chauderon. C’est aussi à ce moment-là que je fais réellement mon entrée dans le catalogue public, visible par les lectrices et les lecteurs, qui vont donc pouvoir savoir où je me trouve et me commander, afin de me faire venir dans le site le plus proche de leur logement. Ma fiche ne figure donc plus seulement sur la base de données professionnelle. Attention au départ…

© Louiza

7 - Transit

Le transit va commencer! Car depuis Chauderon, qui fait office de gare de triage, je suis donc promis à un avenir radieux dans plusieurs Bibliothèques de la Ville de Lausanne, puisque je suis appelé à être un roman à succès. Certains d’entre eux sont donc placés dans des bacs à transit à l’entrée des bureaux, au-dessus de la Bibliothèque Chauderon, où un livreur va venir pour nous embarquer dans sa camionnette. Figurez-vous que ces transits ont lieu tous les jours! Si bien qu’un livre, commandé sur un autre site que celui où il se trouve, ne met que deux jours à arriver à bon port s’il n’était pas à Chauderon au départ. C’est bien dans cette phase de transits que l’on se rend compte de l’importance de ces petits jobs… Car chauffeuses et chauffeurs, rangeuses et rangeurs de livres - souvent des étudiantes et étudiants ou des artistes en quête d’un revenu accessoire, sont essentiels à la bonne marche de ce grand parcours!

© Louiza

8 - Mise en rayon

Il est donc temps de me mettre en rayon! Moi, je vais avec les autres romans, les BDs avec les BDs et le reste… bien à sa place, aussi! Bien sûr, en tant que nouveauté bientôt prisée par les lectrices et lecteurs, je vais sûrement être placé à l’entrée de la bibliothèque qui m’accueille. Là, je serai d’ailleurs presque instantanément emprunté. Dans les deux heures en tout cas pour les gros succès comme moi. D’ailleurs, grâce au système de réservation en ligne présent sur le site des Bibliothèques de de la Ville de Lausanne, un livre à succès est souvent emprunté en permanence. Parfois même pour les six mois à venir. Dès lors, si une lectrice ou un lecteur m’ayant déjà emprunté souhaiterait me prolonger, ce serait impossible. La borne lui dirait qu’il faut me rendre puisque quelqu’un m’attend déjà juste après. Pour ce qui est des autres livres, ils seront mis en rayon, parfois valorisés grâce au «facing» (livre posé de face sur un petit présentoir), mais surtout très bien rangés. Car attention: un livre mal rangé est un livre (presque) perdu!

© Louiza

9 - Valorisation

Il y a encore d’autres façons de valoriser les livres… Les bibliothécaires ont eu de très bonnes idées en ce sens. En effet, toutes les deux semaines, un thème est choisi, et qui sera présent dans chaque rayon grâce à un petit livre présenté. Si le thème choisi est la cause des femmes, par exemple, des BDs, livres documentaires ou romans seront donc choisis en ce sens, et présentés sous différentes formes entre l’entrée et les rayons afin de faire que ce thème soit mis à l’honneur, et que des livres pas forcément récents mais essentiels sur ce thème soient mis en valeur. Cela donne donc lieu à des mini expositions thématiques qui peuvent faire envie et faire emprunter aux lectrices et lecteurs d’autres livres que ceux qu’elles et ils avaient en tête avant de franchir le seuil d’une des bibliothèques lausannoises! Il y aussi des mentions coups de cœur des bibliothécaires, mais également le podcast audio de deux minutes, «Les Chroniques de l’Orang-Outan», sur lequel les bibliothécaires peuvent dire leur amour pour un livre…

© Louiza

10 - Emprunt

Ouverture de la bibliothèque! C’est l’heure d’être emprunté! Moi et mes exemplaires pouvons donc être directement choisi sur site. La lectrice ou le lecteur va alors me déposer avec sa carte sur la borne pour m’emprunter, ou peut aussi passer par le bureau de l’accueil afin que les bibliothécaires s’en chargent! Bien évidemment, comme nous l’avons déjà dit, une personne peut aussi réserver un livre en avance via le système informatique. Pour me rendre, un bac est prévu, qui nécessite aussi de m’avoir scanné, afin de pouvoir signaler que je serai de retour, et disponible pour d’autres lectrices et lecteurs. Et est-il nécessaire de le rappeler: la réservation est gratuite!

© Louiza

11 - Désherbage

Mais il y aussi une fin de vie, pour certains livres. Parce que plus personne ne les emprunte ou parce qu’ils sont trop désuets, ou carrément trop abîmés, des livres disparaissent des rayonnages… Des milliers par année, à vrai dire, histoire de faire de la place aux nouveautés! On appelle cela le désherbage. Cela se fait en continu, grâce à un programme mis en place par la ou le responsable de collection. Celle ou celui qui m’a choisi au tout départ de notre cycle. Elle ou il établit donc un nombre de livres qui doivent être désherbés afin de pouvoir accueillir les nouveaux livres qui arrivent, et les livres qui doivent partir sont mis au pilon… Mais pas toujours! Parfois, une dernière étape est possible… Car des boîtes à livres, que vous avez sans doute déjà rencontrées, ont été mises en place dans les parcs ou les piscines. Ces livres vont donc y être empruntés, et tant pis s’ils sont mouillés ou endommagés! Ces livres peuvent même disparaître avec leurs lectrices et lecteurs et mener leur vie propre, ils sont là pour ça. Et tout ira bien, dans le meilleur des mondes: celui des livres.

Lucas Vuilleumier