Deborah Demeter

Service des écoles et du parascolaire (SEP), Responsable APEMS, 1 enfant, travaille à 70%

«Ma compagne a accouché d'un petit garçon; nous sommes en partenariat enregistré et j'ai ainsi eu droit au congé parental de 20 jours.»

© Ville de Lausanne

Depuis tout récemment vous êtes maman, comment s’est aménagée votre vie professionnelle?

Je suis maman d’un petit garçon de bientôt trois mois. Nous sommes une famille homoparentale et nous avons conclu un partenariat enregistré. C’est ma compagne qui a accouché et qui allaite notre fils. Je bénéficie pour ma part du congé parental de 20 jours prévu par la Ville pour les pères et les partenaires enregistré·e·s. Je travaille à 70%, ce qui me permettra aussi par la suite de m’occuper de lui un jour par semaine.

Comment avez-vous choisi d’organiser les jours de congé parental?

J’ai d’abord pris un bloc de dix jours pour être auprès de ma compagne pendant le séjour à l’hôpital et au retour à la maison et tisser ainsi tout de suite un lien avec mon fils. Ensuite, j’ai réparti le reste du congé, en prenant un jour chaque semaine ou toutes les deux semaines. Cela me permet de soutenir la maman qui a accouché et qui allaite, et aussi de faire en sorte qu’elle ne reste pas toute seule toute la journée.

C’est une formule qui vous convient?

Pour moi, c’est vraiment super de pouvoir compter sur 20 jours de congé. Si je n’avais eu que cinq jours, j’aurais sûrement fait le choix de les prendre après la sortie d’hôpital de ma compagne et de mon fils. Avec une période plus longue, je n’ai pas eu à choisir et j’ai pu être présente dès le tout début, tout en maintenant une présence plus importante aussi par la suite. Au niveau du travail, ces jours de congé discontinus sont parfois une source de stress, notamment par rapport à l’organisation avec les collègues. En revanche, pour le soutien que je peux apporter à la maison, je pense que c’est une bonne formule.

Au quotidien, quel est l’impact de cette naissance sur vos journées de travail?

En tant que responsable d’équipe, j’ai la chance de bénéficier aussi d’un horaire flexible. Actuellement par exemple, je relaie ma compagne de 7h à 9h pour qu’elle puisse se reposer, et je me rends ensuite au travail; je récupère aussi de cette façon des heures supplémentaires. Ma hiérarchie me soutient et comprend que je ne peux plus être appelée à 5h et venir faire un remplacement le matin même, que je suis moins souple avec mon jour de congé. Et je dois aussi apprendre à ne pas m’en sentir coupable.

Coordonnées

Déléguée à l'égalité et à la diversité
Service du personnel
Direction des finances et de la mobilité

Place de la Louve 1
Case postale 6904
1002 Lausanne  

021 315 42 37
Ecrivez-nous

Lundi-vendredi: 07h30-12h00, 13h30-17h00